etoilebrive

Bienvenue sur le forum des supporters de l'E.S.A. Brive !
 
AccueilAccueil  Site OfficielSite Officiel  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'interview de Bruno Deguine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vava
Ligue 1
Ligue 1
avatar

Nombre de messages : 2902
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: L'interview de Bruno Deguine   Sam 11 Aoû - 18:09

Voilà donc la 1ere partie de l'interview, réalisé le 9 août 2007 au Stade Pestourie.



Avant de commencer cette interview, pouvez-vous vous présenter aux supporters (âge, carrière de joueur, d’entraîneur…) ?

Bruno Deguine, 45 ans, je suis marié et père de 3 enfants. C’est ma 6e saison au club. Avant ça j’étais, pour ma carrière de footballeur, stagiaire pro à l’US Dunkerque en 80-82. Ensuite je suis arrivé sur la Corrèze en 1982 pour mon année de service militaire et c’est comme ça que j’ai débarqué à Brive. J’ai fait mon armée à Brive et je suis resté dans la région. Je suis donc finalement « corrézien d’adoption ». Je suis originaire du Pas de Calais mais ça fait maintenant 25 ans que je suis en Corrèze donc j’ai passé plus de temps en Corrèze que dans le Pas-de-Calais.
J’ai fait ma carrière de footballeur entre Brive d’abord, Tulle et Boyer qui jouait à l’époque le haut niveau régional. J’ai commencé mon parcours d’entraîneur à Boyer à l’époque du président Bruno Casadéi qui m’a mis le pied à l’étrier. J’ai ensuite passé neuf saisons à Tulle, ou j’ai entraîné en DH et DHR, malgré un manque de moyen évident. J’ai de très bons souvenirs, avec une finale de coupe du Centre-Ouest, des montées en DH...
Après je suis allé à Brive où j’avais la charge des équipes B et C qui jouaient en DHR et PL. On a fait trois très bonnes saisons, avec une montée en CFA2 à la clé pour la B ! Ensuite je suis passé directeur sportif pendant deux ans, sous Pavlé Vostanic puis j’ai pris la suite de Pavlé à la demande du Président. Et là j’attaque ma 2e saison à la tête de la première.
Je suis arrivé au club avec l’objectif de valoriser la formation. La première année où je suis arrivé, on avait fait aucun recrutement, on s’était uniquement appuyé sur la formation ; c’était l’époque des Lacoste, Fradin, Callès… Depuis le début c’est mon leitmotiv, mon cheval de bataille : je considère que l’étoile est un club formateur. Même lorsque j’étais directeur sportif, j’avais beaucoup insisté auprès de Pavlé Vostanic pour qu’il intègre les jeunes.
Concernant mon arrivée à la tête de la CFA, cela s’explique par le fait que l’on était au bout d’un cycle, il fallait absolument que l’on ai un projet qui soit interne au club, sur le plan local avec les risques que cela comportait, et dont on avait conscience.



LA SAISON DERNIERE


Justement, la saison dernière l’étoile a connu une des pires saisons de son histoire. Comment avez-vous vécu cette saison, avec notamment l’arrivée de Vincent Gaudron durant l’hiver ?

Je ne l’ai pas forcément bien vécu… Après j’avais les tenants et les aboutissants avant d’entreprendre cette aventure, je savais qu’on avait un budget qui allait être revu à la baisse, pas mal de joueurs qui ne pouvaient pas rester dans le système que l’on voulait mettre en place, par rapport notamment à l’aspect financier. Donc à partir de là, on savait que ça allait être très compliqué. Le pari de la jeunesse comportait des risques et malheureusement on a eu quelques défections en début de saison notamment la blessure d’Arnaud Fradin l’année précedente, qui devait reprendre dès la début de saison et ça n’a pas été le cas. Egalement la blessure de Belfoul, qui devait reprendre en juillet qui a finalement repris en novembre, donc il y a eu, en plus des choix stratégiques vis-à-vis des jeunes, des soucis sur des pièces maîtresses et ça nous a pas facilité la tâche.
On avait fait une très bonne préparation, malheureusement je dirais que le début de saison était compliqué puisque l’on allait à Bayonne, une équipe qui descendait de National et un prétendant à la montée, et ensuite on prenait Nantes et Toulouse, donc un calendrier très compliqué. Sur le premier match à Bayonne, on fait un non-match, par peur de l’enjeu. Beaucoup de garçons avaient très peu d’expérience sur un championnat de CFA et c’est vrai que ce 1er rendez-vous, on l’a un peu raté. Pas au niveau du résultat car on avait perdu par la plus petite des marges, 1-0, par contre sur le contenu on s’est rendu compte que l’on s’était très vite crispé. Puis ensuite on reçoit Nantes, où je pense que l’on peut remporter le match, on a les occasions pour le faire, on a le scénario idéal, mais on fait un nul.
Au bout de 2 matches, un nul, une défaite, avec un groupe jeune, arrive vite la pression. A Toulouse, on prend un but casquette, alors qu’on maîtrisait le match et qu’on avait les meilleures occasions. Et pour l’anecdote on prend un penalty à la 92e. Donc, voilà, c’est un début de championnat catastrophique.
A partir de là, le groupe a douté, et on n'a pas su leur faire passer cette sérénité dont avaient besoin les joueurs, même si c’est vrai que cela passe avant tout par les bons résultats. Après on s’est un petit peu enlisé. On a eu deux, trois matches derrière où on aurait pu sortir de l’ornière, mais on l’a pas fait, sur des détails.

L’arrivé de Gaudron était logique. Au départ il devait venir comme coach adjoint, et c’est moi qui est pris la décision de laisser la place à Vincent pendant deux mois en espérant qu’il y ai un électrochoc. On a eu une secousse par rapport au match des Herbiers, victoire 4-2, mais on s’était très vite rendu compte que c’était éphémère. Le maintien de Vincent était lié à la qualification en 32emes, car c’était nécessaire d’un point de vue financier : si on passait, il restait jusqu’à la fin de saison. On ne se qualifie pas et le président ne pouvait assurer le salaire de Vincent sinon on risquait de mettre en péril l’équilibre financier du club.
Et puis l’équipe était trop fragile, comme l’a montré le non-match à Orléans.
Je vais être très honnête, on a pris le choix de ne pas garder Vincent et de travailler sur la saison suivante. On a pourtant essayé de relancer la dynamique face à Moulins où l’on fait un bon match mais on perd sur un but de Komenan. Après le match contre Toulouse à domicile, on mène 2-0 et on se fait remonter ; on a compris que c’était mort…
A partir de là notre objectif a été de vivre au mieux la fin de saison, pour pas que le groupe explose, ce qui nous pas empêché d’espérer toujours. Ce que je voudrais dire quand même c’est que le groupe n’a jamais lâché, même si on a eu un ou deux matches très difficiles, comme ça a été le cas à Anglet, défaite 4-0, où on a été vraiment en dessous de tout ; on était ce soir-là une équipe à la dérive.




L’étoile avait perdu beaucoup de joueurs offensifs la saison dernière (Donné, Komenan, Dufag…). Aviez-vous eu votre mot à dire concernant ces départs ?

Il y a un travail d’équipe, ce n’est pas le président qui décide seul. J’avais rencontré avant le début de saison dernière tous les joueurs pour leur présenter le projet sportif, et j’avais reçu un avis favorable de la part des joueurs. A chaque entretien individuel, tout le monde était plutôt favorable au projet que l’on avait mise en place, et plutôt partants… Après le tri s’est fait sur l’aspect financier tout simplement, et c’est pourquoi Dufag et Donné sont partis. Il y a eu c’est vrai une perte de joueurs de CFA. J’ai commencé la saison avec seulement deux vrais joueurs de CFA : Haddou et Certain, le reste était des joueurs qui n’avaient pas le statut de CFA. La plupart était des jeunes qui avaient fait quelques matches, mais ce n’était pas encore de véritables joueurs de CFA, mais des joueurs en devenir.
Le pari de la jeunesse était osé, mais arrivé par la force des choses, car les joueurs qui avaient un statut CFA étaient pratiquement tous partis.
Aujourd’hui un joueur de CFA ne reste que rarement plus de deux ans de suite dans un club, à part s’il y a une ambition affichée et que le club joue les trois, quatre premiers rôles en CFA. Tous les joueurs de CFA ne rêvent que d’une chose : jouer en National. Et on s’aperçoit qu’il y a un décalage entre ce que veulent les joueurs au niveau du CFA et ce que les dirigeants sont capables de proposer , ce qui fait qu’il y a 70% des clubs de CFA qui sont dans le rouge. C’est pourquoi il y a beaucoup de joueurs qui ont du mal à se figer dans un club.




Finalement, que retenez-vous de cette expérience, à titre personnel ?

C’est plutôt négatif sur l’ensemble des résultats. Je vais être honnête, on était arrivé au bout d’un cycle, et cette saison nous a permis de faire le « tri » et puis de pouvoir repartir sur un cycle nouveau avec un douzaine de garçons qui ont un vécu d’ à peu près deux saisons en CFA. Ca nous permet d’avoir un socle de travail pour cette année pour peut-être espérer quelque chose en CFA2.
Concernant les critiques, je suis quelqu’un qui attache peu d’importance à l’aspect personnel, pour moi c’est le collectif qui compte avant tout. Je sais que j’ai essuyé beaucoup de critiques, c'était même violent à certains moments. Après ça fait partie du job, si on veut être entraîneur de foot, que ce soit à ce niveau ou même parfois en dessous. On voit même des entraîneurs interpellés à des niveaux régionaux, c’est dramatique. Les gens ne méritent pas d’être traités de la sorte. Mais bon c’est la société, le football qui est fait comme ça et ça fait partie je dirais des effets pervers.
En football, on a la chance d’être une activité qui polarise beaucoup, il faut savoir donc faire avec les effets bénéfiques mais aussi pervers. Quand ça veut sourire on est souvent porté aux nues, à l’inverse il faut savoir accepter ces moments-là. J’ai eu quelques accrochages avec certains journalistes, mais bon faut être blindé. Si on n’est pas prêt à prendre des coups, on ne va pas bien loin !



La suite demain !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vava
Ligue 1
Ligue 1
avatar

Nombre de messages : 2902
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: L'INTERVIEW DE BRUNO DEGUINE (2e partie)   Dim 12 Aoû - 12:41

LE MERCATO



Avec la descente en CFA2, l’équipe a perdu des joueurs cadres et expérimentés comme Haddou, Compte, Maury… Sont-ils le souhait du club, et ne risquent-ils pas d’être préjudiciables pour cette saison ?


Comme je l’ai dit, on était en fin de cycle. Bien sûr j’aurais préféré que Lakdhar Haddou reste mais ça n’a pas pu se faire. Il y avait certes un aspect sportif, mais aussi un aspect extra-sportif, que j’appelerais « statutaire ». J’avais décidé de booster mon secteur offensif, j’avais prévenu Lakdhar depuis un certain temps. On a recruté quatre joueurs offensifs, en sachant que l’on gardait Belfoul, donc ça faisait beaucoup de monde. Lakdhar a préféré jouer sa carte personnelle, ce que je respecte. J’aurais préféré le garder car c’est un joueur charismatique du club, par rapport à l’image du club, mais bon c’est comme ça. Il faut accepter à un moment donné que chacun prenne son chemin. Lakdhar a respecté notre choix et nous respectons le sien.
C’est vrai que tous ces départs peuvent être préjudiciables mais on est moins en déséquilibre par rapport à la saison dernière. On a un socle solide. On part de beaucoup moins loin. Ce n’est donc pas comparable avec la saison dernière. Là on part avec des joueurs qui se situent pour moi entre le CFA et le CFA2.
Le risque existe toujours, mais on a une marge de manœuvre que l’on n’avait pas l’année dernière. On a perdu Laurent Maury, qui nous a quand même beaucoup aidé et que je remercie, mais on a recruté un joueur comme Guittard qui s’inscrit plus dans le jeu que je veux mettre en place…



L’expérience a fait donc place à la jeunesse. Durant les matches amicaux, vous avez intégré des 18 ans. Pensez-vous les faire évoluer en CFA2, ou intègreront-ils plutôt une des deux réserves ?


Comme je l’ai précisé tout à l’heure, mon objectif premier, ça a toujours été de prouver que l’étoile est un club formateur. On a aujourd’hui des garçons qui ont fait une super saison en 18 ans. Il y a des garçons en devenir, même s’ils ne sont pas prêt effectivement à jouer demain en titulaire en équipe fanion. Mais il sont très intéressants pour l’avenir du club. Mon objectif est d’intégrer les garçons qui me paraîtraient les plus aptes dans le groupe de CFA2, c’est à dire Dauchy, Jarrige, Caillon et Praudel. Ces quatre-là sortent du lot et là je m’aperçois en ce début de saison qu’il y en a un ou deux qui évoluent avec la B qui peuvent être intéressant dans l’avenir, notamment Thibaut Porte, qu’on regarde de près, et qui viendra sûrement faire des séances d’entraînements avec le groupe de la CFA2. Tous ont des qualités mais il y a encore beaucoup de boulot à faire.
Si on ne leur propose pas de titiller un peu ce niveau-là, ç’aurait été dommage de ne pas le faire. Bien évidemment ils ne sont pas là juste pour faire la préparation. Pour moi, ils ont fait toute la préparation avec le groupe CFA2, donc pour eux c’est minimum la DH. Pas questions qu’ils aillent jouer en dessous, c’est clair. Je ne peux pas les prendre 6 semaines en préparation, puis leur demander de repartir en 18 ans où de les envoyer en C. Ca n’a pas de sens, sinon ça voudrait dire que l’on a aucune cohérence dans le travail que l’on fait.
J’ai intégré ces garçons-là, d’abord pour leur faire découvrir le niveau et pour qu’ils soient un vecteur d’enthousiasme, qu’ils apportent de la fraîcheur, mais aussi de la qualité individuelle.
Néanmoins il se peut qu’ils aillent dépanner en 18 ans, notamment s’il y a des soucis d’effectif.
Un, voir deux continueront à s’entraîner avec la CFA2 au quotidien, et ces 18 ans-là jongleront entre la DH et le CFA2. Clément Dauchy s’est par exemple bien adapté au niveau.



Vous avez également intégré des joueurs de l’équipe réserve. Eric Afila, qui jouait en DH la saison dernière, n’était pas présent à la reprise. Qu’est-il devenu depuis les Jeux Africains ?


Il avait démissionné en fin de saison, ne sachant pas exactement ce qu’on était en mesure de lui proposer pour cette saison. Il est ensuite parti faire les Jeux Africains avec le Cameroun, et il n’est rentré que la semaine dernière. Il est venu sur les deux premières séances d’entraînement. Mais je ne l’ai pas vu depuis le début de la semaine, donc je ne sais pas trop ce qu’il veut faire. Je pense qu’il est à la recherche d’un club, donc j’attends qu’il reprenne contact avec nous pour savoir s’il continue l’aventure chez nous ou pas. Sa situation est donc en suspens, j’espère quand même qu’il réintègrera le club, maintenant ça dépend de lui.


L’étoile a recruté pas moins de sept joueurs. Pouvez-vous nous dire en deux, trois mots ce qui caractérise les nouvelles recrues.


Au niveau du recrutement, on a essayé comme je l’ai dit de booster le secteur offensif :
Abel Avodé et Gracien sont deux garçons de couloirs, beaucoup de vitesse, amenés à jouer vers l’avant ce qui nous avait manqué l’année dernière. C’est le profil de joueurs que l’on a voulu dans le couloir. Même si le Limoges Football Club est descendu, Abel a fait une très bonne saison, c’était un des joueurs les plus en vue avec Limoges. Ca fait deux ans que je le suivais. Il est jeune, donc il est encore en devenir. Il est encore loin d’être à 100% de son potentiel, il a notamment besoin de travailler sur l’aspect physique. Je compte sur lui pour dynamiser le flanc gauche.
Gracien est son pendant à droite. C’est un joueur intéressant car il va très vite, très actif dans le couloir droit. Il a besoin de retrouver une certaine consistance dans son niveau de compétition, car il n’a pas joué pendant presque six mois. Ce sont deux joueurs qui ont à peu près un profil identique.
Après devant, on a recruté Divahé. Je dirais que c’est le buteur dans l’âme, je le vois à l’entraînement. Il n’a pas encore scoré lors des matches de préparation, mais on a besoin de pas mal d’automatisme. Je ne désespère pas qu’il marque lors du dernier match à Clermont, j’espère bien qu’il va ouvrir son compteur. Mais je ne suis pas inquiet par rapport à Joachim, je pense que quand on va être capable de l’alimenter notamment par Lacoste, voir Attrait et Certain au milieu ainsi que par nos joueurs de couloir, il y aura du spectacle ! Il a vraiment un gros potentiel de buteur, il n’y a que le but qui l’intéresse.
Après, en milieu, on a Florian Attrait. On était pas sûr de pouvoir le recruter pour des problèmes budgétaires puis finalement on a su s’entendre. Je pense que c’est une très très bonne recrue. C’est un garçon hyper intéressant qui à un fort caractère mais qui est attachant. Il va nous amener de la gnac, il ne lâche rien, très bon technicien, qui perd très peu de ballons, et c’est donc un très bon complément par rapport à François Certain.
Derrière on a recruté Guittard et Dossa Avodé. Guittard est un garçon que je connais car je l’ai déjà eu au club, notamment à l’époque de la DH. Il est parti ensuite à Clermont où il a fait quelques apparitions sur le banc en Ligue 2 et est parti à Saint-Georges. C’est un garçon qui a un gros potentiel physique, mais il a encore besoin de se structurer dans son jeu.
Dossa Avodé était le joueur qui me manquait à gauche défensivement. Stéphane Callès sera à droite et Mathieu Guittard et Maxime Roche peuvent aussi jouer à droite. L’année dernière on avait beaucoup pêché défensivement, là on est plus costaud. Dossa est très rarement dépassé dans le couloir, après il a besoin de travailler sur les aspects tactiques, car il a tendance à s’isoler parfois sur son couloir gauche. Il faut qu’il soit un peu plus homogène avec le reste de la défense. En plus il n’a pas joué les deux derniers matches donc on a perdu un peu de temps par rapport à ça.
Quant à Camara, c’est un garçon à fort potentiel, qui a besoin de se canaliser, de trouver plus de sérenité. Il a tendance à être des fois trop explosif, même si pour un gardien c’est primordial. Au départ le premier gardien c’est Guillaume Lévêque naturellement, Youssouf sera donc le deuxième gardien.




Le recrutement s’est orienté principalement vers des joueurs en provenance de clubs régionaux. Est-ce une volonté du club, ou un simple hasard ?


C’est avant tout un choix financier, et ça répond à une logique. On s’est attaché à prendre le plus possible de garçons de la région. Durant les années précédentes, on a eu beaucoup des soucis avec des garçons qui avaient du mal à s’adapter, car ils venaient souvent de loin, et étaient loin de leur famille. L’avantage en recrutant de façon régionale, c’est que l’on est plus en phase avec le concept de projet local. On récupère des garçons qui ne sont pas loin de chez eux, qui gardent leurs repères, leurs familles pour certains, leurs boulots pour d’autres voir même leurs études comme pour Abel. Tout en venant chez nous, ils gardent certaines racines et ça c’est important, car leur adaptation se fait beaucoup plus rapidement.
C’est clair que si Limoges était resté en CFA2, et j’aurais préféré qu’ils y restent, on n’aurait pas eu cette avantage de recrutement sur la zone de Limoges. Il faut le reconnaître, ne pas être hypocrites par rapport à ça. De même, le fait que Feytiat ne monte pas, a facilité les choses, et certains joueurs en venant ici, continuent ainsi à évoluer au niveau du Championnat de France Amateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vava
Ligue 1
Ligue 1
avatar

Nombre de messages : 2902
Date d'inscription : 07/10/2006

MessageSujet: L'INTERVIEW DE BRUNO DEGUINE (3e et dernière partie)   Dim 12 Aoû - 17:40

Suite et fin de cette interview:


LA SAISON PRESENTE



Avec ces arrivées, pensez-vous que l’étoile peut prétendre jouer le titre ?

(rires) Houlà ! Je crois qu’il faut savoir d’où l’on vient. On vient de passer une saison dramatique pour le club, une descente est toujours difficile. Il faut déjà digérer ce qui s’est passé la saison dernière. Les têtes sont en train de se laver. Les joueurs présents ont pleinement conscience de ce qui s’est passé la saison dernière, et ils sont dans une situation d’orgueil personnel, qui j’espère aura un effet positif.
Le fait de prendre des garçons qui jouaient à Limoges comme Florian Attrait et les frères Avodé, qui sont aussi dans une situation d’échec par rapport à la saison passée, est intéressant dans le sens où eux aussi veulent montrer qu’ils valent mieux que ça.
Il faut avant tout casser la dynamique qui était la notre la saison dernière, se relancer. Après on verra. Les objectifs dépendent de l’investissement que l’on va y mettre. Moi je reste convaincu que l’on a un potentiel cette année. Après, ce potentiel, il faut déjà pouvoir l’exprimer de façon collective. L’ambition viendra avec l’utilisation de ce potentiel.
Par contre je ne me mets pas de limites dans le potentiel que l’on a. Comme je l’ai dit, aujourd’hui je situe plus mes joueurs entre le CFA et le CFA2. Et les garçons que l’on a recruté ont pour moi largement le niveau CFA2.
Ce serait prétentieux de dire que l’on va monter, et ce serait un véritable manque d’humilité de notre part, surtout par rapport à ce qui s’est passé la saison dernière. Ce n’est vraiment pas facile d’effacer plus de dix mois de galère comme ça.



Quels styles et système de jeu va adopter l’équipe ?


On aimerait essayer de mettre en place un jeu cohérent, avec je dirais un contenu intéressant. Déjà il y a un aspect qui crève les yeux : athlétiquement, on n'est pas une super équipe ; il suffit de prendre la taille moyenne de l’équipe pour s’en rendre compte. Sur l’aspect athlétique on ne sera pas la plus grosse équipe de la poule, c’est clair.
Ca veut dire qu’à l’inverse notre style de jeu va être plus basé sur la disponibilité, sur l’animation et la construction.
On va être une équipe qui ne va pas jouer sur l’athlétique mais qui va s’appuyer sur le fond de jeu. Par rapport aux joueurs que l’on a, je pense que c’est intéressant car on a un milieu de terrain qui est capable de tenir le ballon, une défense qui est capable de très bien relancer, et des attaquants qui vont vite, capables techniquement de faire la différence.
A partir de là, on a toutes les cartes en main pour avoir un jeu attrayant, assez sophistiqué. Maintenant, il faudra qu’il soit efficace avant tout, c’est clair.
En ce qui concerne le système de jeu, ce sera un 4-4-2 à plat, avec Attrait et Certain, et un attaquant axial avec un joueur qui tournerait autour de lui, ce qui sera le rôle de Thibaut Lacoste, en neuf et demi. Les joueurs de couloirs sont importants, que ce soit en milieu avec Abel et Gracien , qu’en défense avec Callès et Dossa.
Après, on ne va pas pouvoir jouer tous les matches de cette façon-là. J’ai un garçon comme Fraysse qui peut intégrer le milieu de terrain, et on peut très bien jouer un 4-4-2 avec trois milieux récupérateurs et deux attaquants d’axe, car j’ai Belfoul aussi qui peut venir travailler avec Divahé. Il y a un tas de possibilités ; on peut même, pourquoi pas, jouer sur certains matches en 3-5-2 avec Callès et Avodé.
On part sur un système avec un 4-4-2 à plat parce qu’on a besoin de repères, d’avoir des automatismes et après on verra en fonction de la meilleure utilisation des joueurs.




Dernière question : selon-vous, quels sont les clubs les plus dangereux de la poule ?


Je pense que Niort B sera très costaud, comme l’année dernière. Blagnac, avec le retour de Benoît Tihy, qui j’imagine a signé à Blagnac avec un gros projet derrière; leur recrutement est bon, ils ont recruté en CFA. Après il y a beaucoup de DH qui montent, 4 ou 5 : Rodéo, Angoulême, Trélissac, Béziers… On ne sait pas trop ce que ça va donner, mais ces équipes-là sont sur la dynamique de leurs montées. Il y a un fossé entre la DH et le CFA2, il y a donc une grosse incertitude par rapport à ces équipes.
Je n’oublie pas Tarbes, qui a fini 4e la saison dernière, c’est une équipe qui est ambitieuse. Je connais pas encore bien le groupe, ce qui fait que je ne peux pas me positionner vraiment. Mais il n’y a pas d’équipes qui me fait plus peur qu’une autre. Toutes les équipes seront difficiles à jouer, comme on l’a vu contre Trélissac en amical. Pour nous ça va être compliqué. On n'a pas la prétention de dire qu’en descendant de CFA, on a un statut particulier, surtout pas !




Pour clore cette interview, est-ce que vous avez un petit mot en direction des supporters de l’étoile ?


Je sais bien qu’ils sont très frustrés de la saison passée. Après il faut qu’ils soient patients. Le club à 87 ans, a connu des moments extraordinaires, et il aura d’autres moments difficiles. Ce qui compte c’est de pouvoir rebondir derrière. Ce que je souhaite c’est de montrer aux supporters qu’on a envie que le club s’en sorte, qu’il fasse encore parler de lui, et on va se battre pour ça. J’espère que les premiers matches de cette saison montreront que l’on est des gens responsables et qu'on a l’ambition de faire briller le club le plus possible. On a cœur de se racheter par rapport à la saison dernière. Et pour cela on a besoin du soutien de tous nos supporters !





Arrow Voilà, j'espère que cette interview vous a plu ! N'hésiter pas à réagir dans le topic approprié.

Je tiens à remercier Bruno Deguine d'avoir pris le temps de répondre à mes questions. thumright

Vava. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'interview de Bruno Deguine   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'interview de Bruno Deguine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interview de Christophe le Bouille
» Interview de Samuel Eto'o qui revient sur l'OL
» ASM/Agen Bruno à jeun
» Interview exclusive d'Ali Mathlouthi pour forumrcs.com
» [Behind Basketball] Interview Philippe Amagou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
etoilebrive :: E.S.A. Brive :: Archives :: Archives 2003-2009-
Sauter vers: